Sensorialité

L’enfant et ses 7 sens

Les sens ont une place centrale dans la vie de l’enfant. C’est à partir de ses récepteurs tactiles, visuels, olfactifs, gustatifs, auditifs, vestibulaires et proprioceptifs que l’enfant découvre le monde. Cette période sensori-motrice, entre 0 et 18 mois sera le point de départ à la création de milliards de connexions synaptiques. Grace à l’éveil et au recueil d’informations sensorielles, l’enfant accédera au premier stade de l’intelligence, indispensable à la construction de sa pensée et de son identité.

Quels sont les 7 sens ?

-le système vestibulaire (récepteurs de l’équilibre) : Il transmet des informations au cerveau sur la position de la tête et sur les déplacements du corps dans l’espace.

-le système proprioceptif (récepteurs des muscles profonds, des tendons et des articulations) : on l’appelle également sensibilité profonde. Ce système renseigne le cerveau sur la position des différentes parties du corps les unes par rapport aux autres ainsi que la force impliquée dans l’action. Les récepteurs sont localisés dans la musculature profonde, les tendons et les articulations

-le système tactile (toucher) : les récepteurs sont situés sur toute la surface de la peau

-le système auditif (ouie) : les récepteurs sont localisés au niveau de l’oreille externe, moyenne et interne

-le système visuel (vision) : il implique deux types de photorécepteurs : les cônes et les bâtonnets qui transforment l’énergie mécanique en énergie électrique

-le système olfactif (odorat) : les récepteurs olfactifs résident dans la paroi nasale. Grace à eux, nous pouvons distinguer la qualité de l’information olfactive, son intensité mais aussi sa valeur affective.

-le système gustatif (gout) : ces récepteurs sont regroupés dans les bourgeons du gout. La plupart de ces bourgeons sont située dans les papilles gustatives et une petite partie d’entre eux se retrouvent sur la muqueuse des gencives, des joues, du palet et de la luette.

Tout au long de l’enfance, les sens restent primordiaux dans le développement de l’enfant. Pourtant, ils sont parfois mis de côté. On attend d’un enfant ou d’un adolescent qu’il apprenne à lire, à écrire, à analyser et à mémoriser des leçons en dissociant les sens qui pourraient l’aider. Il semble nécessaire d’ouvrir ou de réouvrir les perceptions visuelles, auditives et kinesthésiques avant d’envisager un quelconque apprentissage.

En impliquant l’œil (la vision), la main (la kinesthésie) et la parole (l’audition) de manière coordonnée, on favoriserait la compréhension et la mémoire. Ce principe de multimodalité sensorielle réduirait le risque d’échec scolaire chez l’enfant. Concrètement, pour apprendre à écrire, on peut proposer simultanément d’utiliser l’évocation du son (audition), l’observation de la lettre ou du signe (vision) et le geste grâce à des lettres rugueuses et la manipulation de la lettre réalisée en trois dimensions (kinesthésie).

Que peuvent faire les parents pour stimuler les sens de leur enfant ?

Pour stimuler le sens du toucher :

Les jeux de reconnaissance tactile d’objets sont particulièrement intéressants. Les yeux fermés, l’enfant doit reconnaitre avec ses doigts des figurines d’animaux ou encore des objets du quotidien. Il peut également décrire ses sensations pour parvenir à l’identification de l’objet en question : « je sens que c’est dur, il y a un long manche et quatre extrémités piquantes » pour parvenir à deviner une fourchette. Pour stimuler sa vision :

Il est préférable de poser des mots sur ce qui est observé pour ainsi prendre conscience de ses perceptions visuelles et ainsi passer de la sensation passive et une perception active.  Vous pouvez notamment utiliser les jeux des différences entre deux images ou encore retrouver l’image identique au modèle parmi plusieurs distracteurs.  

Pour stimuler son audition :

Le sens de l’audition se développera grâce au langage mais surtout grâce à l’articulation des mots. Il est important que l’enfant discrimine bien les sons entendus pour les analyser et intégrer le sens du message.  

Pour stimuler simultanément la vision, l’audition et le toucher :

Vous pouvez fabriquer vous-même un parcours sensoriel fait de dalles recouvertes de liège, faux gazon, velours, coton, éponges, riz ou farine, papier bulle, galets ou des bassines remplies de plumes, riz, lentilles, semoule, pois chiche, noix. Vous pouvez également réaliser un faux musée fait d’éléments de la nature : feuilles, branches, mousse, matériel de récupération de tout type.

Notion de multimodalité sensorielle :

Toutes les informations présentes dans notre environnement peuvent être reçues par différents récepteurs sensoriels. La multimodalité sensorielle est l’implication de plusieurs sens et donc de plusieurs capteurs sensoriels pour traiter et intégrer les caractéristiques d’un même objet, d’un même phénomène. Par exemple, la pluie peut être vue, entendue, touchée et même parfois avoir une odeur stimulant ainsi les récepteurs olfactifs. On peut stimuler les différents sens de l’enfant par des activités quotidiennes (faire la cuisine, se promener dans la forêt, aller à la piscine…) ou plus élaborées comme la construction d’un parcours sensoriel ou l’installation de bassines contenant différentes matières, différents matériaux.

Le plus important est de ne jamais oublier la dimension ludique et le plaisir que ces stimulations peuvent procurer à l’enfant. Le plaisir et la relation constituent les bases de l’accompagnement parental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *