A qui s’adresse-t-elle?

Le psychomotricien peut accompagner différentes étapes de la vie :
       
le nourrisson et ses parents : Les premiers temps de rencontre ne sont pas toujours évidents. Ainsi l’accouchement, le retour à la maison, les pleurs, le sommeil, l’alimentation suscitent chacun plus ou moins de questions, voire d’angoisses.
Pour certains l’entourage permettra de se rassurer et de trouver seul les réponses. Pour d’autres ce sera le médecin qui aura les paroles apaisantes. Mais lorsque des doutes, des interrogations persistent il est important de pouvoir trouver un lieu et un professionnel pour vous répondre.
Le psychomotricien est un spécialiste du développement psychomoteur. Au cours des séances, il participe à la découverte réciproque des compétences de chacun : nouveau né et parents. Il accompagne ainsi le tout petit dans son exploration motrice du monde qui l’entoure, lui permettant d’acquérir les schèmes nécessaires à son développement psychomoteur. A cet âge, il suffit souvent de quelques rencontres pour que la confiance revienne, ou qu’un nouveau cap soit franchi.

l’enfant né prématurément : Il y a aussi ces enfants dont le début de vie a été entravé par une période d’isolement en couveuse, par des soins importants…Le retour à la maison peut alors être tout autant attendu que redouté. Le psychomotricien peut être un interlocuteur privilégié pour suivre, et surtout accompagner le développement psychomoteur de l’enfant. Au cours des séances, le psychomotricien étayera si nécessaire les interactions parents/enfants par différentes modalités sensorielles et motrices. 
Il sera attentif aux différentes postures, à l’émergence des premières coordinations et à la construction des modes de communication.
Par ailleurs lorsqu’une pathologie aura été diagnostiquée, une prise en charge précoce  sera envisagée.

 le jeune enfant : L’apprentissage de la marche, le début du langage, l’entrée à la crèche, à la maternelle sont des étapes qui se franchissent plus ou moins facilement.
A nouveau le psychomotricien de part ses compétences dans le développement psychomoteur mais aussi de part son approche thérapeutique, va pouvoir accompagner l’enfant dans l’exploration de ses capacités motrices et du monde qui l’entoure.
Le psychomotricien intervient également dans le diagnostic et la prise ne charge précoce des enfants souffrant d’un trouble du spectre autistique, de maladies chromosomiques (trisomie 21, syndrome de prader Willi, syndrome d’Angelman, syndrome de turner…) ou génétiques (X fragile, syndrome de Huntington, myopathie de Duchenne…) ou bien auprès d’enfants présentant des troubles psycho-affectifs touchant le sommeil, l’alimentation, le comportement, la socialisation. 


l’enfant : Il traverse parfois des difficultés dans sa vie scolaire ou familiale, que ce soit au niveau des apprentissages ou au niveau relationnel. Il est décrit comme trop timide, trop émotif, trop actif, trop maladroit, trop opposant… Souvent c’est l’école, parfois dès la maternelle, qui met en avant des difficultés : « écrit mal », « n’entre pas dans les apprentissages », « n’écoute pas », « n’a pas de copains », « bégaye »,  ou « n’est pas latéralisé »…
A cet âge-là l’enfant connaît son corps, et sait plus ou moins s’en servir. Le rôle du psychomotricien sera plutôt d’approfondir cette connaissance du corps, mais aussi de commencer à apprivoiser l’image et la représentation que l’enfant en a.
 Le psychomotricien accompagne l’enfant dans son développement, soigne les troubles psychomoteurs mais poursuit également le suivi des enfants présentant une maladie chromosomique, génétique, un trouble du spectre autistique, une infirmité motrice cérébrale ou tout autre handicap repéré au cours de ses premières années de vie.

Enfin, il intervient dans le diagnostic et la prise en charge des enfants souffrant d’un trouble spécifique des apprentissages pour lesquels la dimension corporelle est mise à mal (dyspraxie, dyslexie, TDAH, précocité intellectuelle…).

l’adolescent : Il vit un bouleversement corporel parfois complexe. Un corps qui change, des émotions parfois décuplées, un sentiment de mal être…
L’approche corporelle que propose le psychomotricien peut l’aider à se réconcilier avec son image du corps, à réguler ses émotions ou encore à développer sa confiance en lui. 
Le psychomotricien est amené à rencontrer des adolescents pour des troubles du sommeil, de l’anxiété, des troubles alimentaires, des épisodes de dépression, des problèmes de comportement et d’intégration sociale.


l’adulte : Lorsqu’un accident, une maladie grave, une période difficile de la vie, une situation de stress vient mettre à mal notre relation à notre propre corps le travail du psychomotricien pourra être un étayage intéressant. En effet, de part ses connaissances et la diversité des médiations qu’il utilise, il pourra permettre au patient de retrouver un mieux être corporel et psychique.

–  la personne âgée : Le vieillissement est un chemin tortueux : pertes de mémoire, pertes d’équilibre, pertes de confiance en son corps, pertes de repères conduisent bien souvent à une perte de l’estime de soi, que le psychomotricien peut venir aider à maintenir ou à rétablir.

Ainsi, toute personne ayant un handicap qu’il soit sensoriel, moteur, intellectuel, relationnel, de naissance ou suite à un évènement de vie, peut bénéficier de cette approche thérapeutique.