La psychomotricité en pédiatrie

previous arrow
next arrow
Slider

1-Champ d’intervention

Le psychomotricien auprès du nourrisson et du jeune enfant (0/6 ans) a un rôle de prévention, de dépistage et de rééducation ou de thérapie.

Il intervient ainsi dans différentes structures:

-Les groupes mère/bébés tels que les ateliers d’éveil corporel, de massage du bébé ou encore les « bébés-nageurs » se développent de plus en plus. Enfants et parents se rencontrent au cours de la séance sous un nouveau jour, simplement dans l’optique d’un plaisir partagé.

-En néonatalogie et pédiatrie, en pouponnière médicalisée. L’hospitalisation précoce peut avoir des effets lourds de conséquences pour l’enfant et pour la dyade mère/enfant. Ce couple encore fusionnel est séparé, les parents sont impuissants face à la maladie de leur petit. La prévention des troubles liés à la séparation précoce (conduites d’évitement, du repli sur soi pouvant aller jusqu’à la dépression anaclitique, décrite par R.Spitz) est primordiale. Pendant cette période de séparation, le processus d’attachement est mis à mal. Il nous faut alors encourager les parents dans leur fonction de maternage, leur redonner une place privilégiée auprès de leur enfant. L’alitement prolongé et les différentes dystimulations peuvent entraîner des troubles divers: troubles toniques et posturaux, troubles des interactions, désinvestissements corporels (attitudes de retrait au toucher, troubles alimentaires, atonie ou agitation psychomotrice).

-Chez l’enfant de quelques mois à l’entrée à l’école. Le rôle du psychomotricien est ici plus préventif. Il s’assure du bon développement psychomoteur de l’enfant, propose des activités d’éveil. Il tente également de dépister les troubles d’ordre psychomoteur (retard des acquisitions psychomotrices) mais également relationnel (trouble des interactions précoces). Il oriente alors les enfants et leur entourage vers une structure adaptée à leur prise en charge.

-Le psychomotricien intervient également dans des centres d’action médico-sociale précoce ou au sein d’établissement rattachés à l’hôpital. Les indications sont variées. Les prises en charge sont pluridisciplinaires, et de l’ordre de l’ambulatoire. L’une des caractéristiques de ces établissements adressés aux tout-petits est d’associer étroitement les parents au traitement de l’enfant, et de prendre en compte le bouleversement et la souffrance que le handicap provoque dans l’ensemble de la famille.

Le psychomotricien prend en charge les troubles du développement et le handicap du nourrisson et du jeune enfant afin de lui permettre de développer au mieux ses capacités motrices, cognitives, et de relation. Celui-ci commence sa prise en charge par la passation d’un bilan mettant en avant les compétences et les difficultés de l’enfant, puis, selon le projet thérapeutique élaboré en équipe, propose des séances individuelles ou en groupe, avec ou sans les parents. Il propose alors des activités ludiques à l’enfant par le biais de diverses médiations: le portage, le toucher, l’eau, le jeu…